"Le Cours" : thèses développées

Dans l'ordre du sommaire ...

 

A ce stade, nous listons les principaux sujets abordés par les étudiants de l'atelier de Patrick Blouin :

  • l'enseignement de l'économie politique en France
  • une définition pertinente de l'économie politique
  • les raisons justifiées d'une révolte contre les causes de la situation actuelle
  • la santé
  • l'énergie
  • la problématique environnementale
  • la situation grecque
  • le chômage
  • le logement
  • la finance
  • une monnaie commune, le franc CFA
  • les thèses souverainistes
  • les propos de la campagne électorale
  • les retraites
  • les dépenses publiques
  • un impôt presque parfait

 

La Taxe sur le Foncier Constructible (TFC)

 

La thèse principale du livre ! Certains critiques me reprochent que cette thèse n'arrive qu'à partir du chapitre 17, c'est à dire dans le dernier quart de l'ouvrage.

Il en est pour me recommander de faire un tirage limité à cette seule thèse. Pourquoi pas ?

 

Le défi

La France a un problème de déficit budgétaire et de dette cumulée : elle doit trouver des recettes crédibles, socialement acceptables, non régressives, non récessives, voire favorables à l'activité.

 

Le diagnostic

Quand le taux de l'impôt est trop important, il tue l'assiette de l'impôt, la recette passe par un maximum puis diminue ; l'économie entre en récession (exemples de la Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Portugal) au moins dans un premier temps.

Le niveau des impôts sur le patrimoine mobilier et sur les constructions résidentielles et professionnelles est déjà trop élevé ; il freine l'activité et l'investissement.

Le niveau des impôts sur la consommation est proche des plus hauts et n'est pas accepté socialement.

Le principal frein à la construction est la disponibilité et le prix des terrains constructibles dans les grands bassins d'emploi (le métropoles et leur proche couronne). Il limite et renchérit le prix de toutes les constructions : résidentielles, professionnelles et d'infrastructures.

 

La réponse

1. Désolidariser, dans le mot "foncier", le terrain constructible et le bâti.

2. Obtenir une valeur du terrain constructible par modélisation, qui devient l'asiette d'un nouvel impôt, la Taxe sur le Foncier Constructible (TFC).

3. La TFC est un impôt national qui permet d'opérer une péréquation entre les communes "riches" et les communes pauvres ; et elle est aussi un impôt local. Le taux de la TFC sera suffisamment important pour dissuader les propriétaires de garder des terrains constructibles dans les grands bassins d'emploi si ces terrains sont peu, pas ou mal exploités. A l'inverse, ce taux deviendra négligeable quand il sera compensé par une forte activité économique ou une importante population ( par exemple les immeubles résidentiels de 10 étages).

4. La TFC rapportera directement 40 milliards d'euros par an, dont 15 milliards seront redondants avec d'autres impôts sur l'immobilier ou l'ISF. Il permettra de libérer suffisamment de terrains pour construire 100.000 logements supplémentaires par an pendant 5 ans et faire baisser le coût les logements neufs de 7 à 9%. Le rééquilibrage de l'offre par rapport à la demande doit provoquer une baisse des prix du logement (achat ou location) d'au moins 10%.

5. Enfin, la permanence de cette TFC aura pour conséquence de favoriser l'évolution du tissu urbain en provoquant la vétusté financière des logements inadaptés.

 

Le savez-vous ?

 

Le poids des instituts de recherche et d'enseignement indépendants de l'économie en France ?

 

Où se situe la France en termes de poids de l'Etat et de transferts sociaux dans l'économie nationale, par rapport aux pays dits développés ?

 

L'ensemble des acteurs formant la chaine responsable de la dernière crise financière de 2007 ?

 

Les dogmes pro- ou anti-environnement ont leurs extrêmistes. Jusqu'où peuvent-ils aller ?

 

Pourquoi les "experts" qui vous chiffrent les problèmes économiques de la Grèce bluffent ?

 

Les causes du chômage en France sont nombreuses, mais les hiérarchise-t-on ?

 

La mixité sociale est souhaitable, mais en connaît-on le coût total ? Où s'arrête sa légitimité ? Est-elle facteur d'injustices ?

 

Existe-t-il une finance nuisible face à une finance utile ? Comment les reconnaitre et profiter de la seconde sans soufrir de la première ?

Les nouvelles réglementations sur les banques et les assurances ne vont-elles pas les handicaper gravement pour la conduite de leurs missions ?

 

L'euro semble ne pas marcher ! Mais peut-on prendre des leçons d'autres expériences de monnaie commune à plusieurs pays ?

 

Choisie ou subie, la sortie d'un ou plusieurs pays de l'Eurozone ou de l'Union Européenne doit-elle être préparée ? Comment ?

 

Les retraites sont-elles le territoire d'injustices si étendues qu'on préfère ne pas en parler ?

 

Couper les dépenses publiques, dit-on, fait soufrir des catégories défavorisées de la population. En existe-t-il pourtant par lesquelles on peut commencer sans craindre qu'ils descendent dans la rue, ni même qu'on s'appitoye sur leur sort ?

 

 

A suivre ...