Critique des Lecteurs

Monsieur P, Department of Economics, Université Paris :

"...

J'apprécie beaucoup votre vision nuancée des enjeux actuels de la construction européenne, de la régulation de la finance, de l'évolution du rôle du politique et j'aurais aimé vous avoir eu comme prof ! Ou simplement voir comment vous savez orienter les étudiants pour les mener à communiquer intelligemment et à s'acheminer vers une pensée complexe. Et votre proposition de taxe sur le foncier constructible ferait certainement évoluer bien des choses. A commencer par les prix de l'immobilier. Reste que, comme on dit en France, "ça ne va pas être possible" ... sauf à faire lire votre livre.

Je le recommanderai donc à mes amis et à mes étudiants."

 

Monsieur C, dirigeant d'entreprises

"...

Sincères félicitations pour votre crétivité fiscale ! La TFC semble vraiment une piste prometteuse, avec des effets positifs, directs et indirects, clairement expliqués dans le dernier tiers du livre. Il est certain que le foncier bloque beaucoup de choses dans nos sociétés modernes et que cette nouvelle taxe ne devrait pas créer trop de dégâts collatéraux.

...

Outre la TFC, qui est l'essentiel de l'ouvrage, voici ce que j'ai aussi aimé dans votre livre :

1. ..."

Suivent 10 points appréciés par Monsieur C.

 

Madame J, Directrice des Achat d'un grand institut

"...

Le premier sentiment qui me vient à l'esprit est l'enthousiasme !

...

Les étudiants se transforment au fil des pages en personnalités attachantes, j'aime qu'un personnage prenne ainsi forme du point de vue psychologique.

...

Sur des sujets dont j'ignore quasi tout, tels que la crise japonaise, les propos sont clairs et s'avèrent étonnament compréhensibles. La démarche pédagogique doit donc être excellente. D'ailleurs, j'aimerais la tester sur mes jeunes.

..."

 

Monsieur P, Directeur à HEC Paris

"...

J'ai cru que pour écrire le Roman une équipe en interne avait été mobilisée.

..."

 

Monsieur D, ancien Professeur à Centrale Paris

"...

Il se dégage de cet ensemble bien façonné non pas une primauté technocratique mais spirituelle.

..."

 

Monsieur B, diplômé HEC, consultant

"...

ton casting d'enfer met l'eau à la bouche et que j'ai lu "LE COURS" quasiment
d'une traite.

..."

 

Monsieur H, journaliste économiste et financier

"Bravo pour "Le Cours", pour braver la bien-pensense ambiante, en espérant que ce livre ouvre la voie de l'émergence d'une forte pensée citoyenne."

 

Monsieur B, cadre supérieur à la retraite

"Retour des Amériques. J'ai lu ton ouvrage essentiel "Le Cours".

Disons tout de suite que je suis d'accord avec le fond de l'ouvrage.

..."

 

Monsieur M, financier

"...

Je partage totalement ton analyse de la situation économique.

...

Je te rejoins sur ton idée de TFC.

..."

 

Editions B

"C'est avec beaucoup de regrets que nous avons pris connaissance de votre décision (d'avoir traité avec un autre éditeur).

...

Afin, à l'avenir, de ne pas renoncer à un auteur prometteur tel que vous, pourriez-vous m'indiquer quels éléments ont motivé votre décision ?

..."

 

Madame D, Département communication, HEC

" ...

Un petit mot pour vous dire que je suis à la page 80 du manuscrit de votre livre et que je ne m'ennuie pas un instant ... :-)

..."

 

Monsieur M, Ingénieur Chercheur

"J'ai beaucoup apprécié la pertinence des analyses et la façon romanesque de les mettre en oeuvre."

 

Monsieur F, Etudiant et critique littéraire

"...

En conclusion "Le Cours" est un livre où chacun peut trouver de quoi s'informer, renforcer ses connaissances, se poser des questions, percevoir et comprendre de nouvelles thèses en matière d'économie et de politique par le biais de ce formidable outil qu'est l'économie politique. A travers la pertinence des analyses, la finesse des réflexions et des critiques émises, développées dans un cadre didactique, l'auteur arrive à rappeler que la situation de crise est loin d'être fixe et que les moyens pour en sortir sont là pour un état qui veut bien se donner la peine de les utiliser ! Car en fin de compte il semblerait que les 40 milliards promis au début de l'ouvrage soient bel et bien trouvés !"

 

Monsieur F, Etudiant à HEC

"Le Cours est rempli d'idées qui me semblent très justes et certaines sont même novatrices. Le passage qui donne son sens au livre (chapitres 17 et 19) est très intéressant car il apporte une solution neuve qui, même si elle ne résoudra pas à elle toute seule le problème des finances publiques (dette + déficits), du moins y contribue.

L'auteur en est parfaitement conscient : il s'agit d'envoyer un signal fort aux marchés financiers et de montrer qu'il existe nombre de solutions inexplorées pour sortir l'Etat de l'ornière.

La TFC correspond parfaitement aux besoins de l'économie française... Sa faisabilité est étudiée en profondeur, ses revenus et ses impacts sur le marché immobilier sont analysés avec soin."

 

 Mademoiselle A, Etudiante à HEC

"Agréable à lire, le roman de Patrick Bord permet la vulgarisation de concepts économiques évolués...

La progression logique du livre (problème, diagnostic, solution) rend la lecture aisée et le mode de narration inhabituel adopté par l'auteur nous permet d'apprécier la situation politique et économique en France et en Europe depuis la crise de 2008 de façon pertinente. D'une clarté inhabituelle pour ce type d'ouvrage, ce roman économique fait surtout le procès du système politique français, et notamment du rôle parfois néfaste de la presse dans les prises de décisions irrationnelles d'un point de vue économique, et il dresse un panorama complet et poussé des problématiques économiques et de société actuelles.

A lire de toute urgence !"

 

Monsieur Ba, Etudiant à HEC

"...

Sur le fond, la solution proposée est très séduisante. Elle est bien amenée par le chapitre sur le problème du logement et remarquablement bien étayée. J'ai été intéressé par la création de la TFC, et j'espère que cette taxe aura un avenir, tant elle apparait comme une solution viable.

...

Le roman est plutôt réussi, la façon d'aborder des thèmes sérieux est novatrice et accessible, davantage encore que des oeuvres visant déjà le grand public comme Une Brève Histoire d'Avenir d'Attali.

..."

 

Monsieur Br, Etudiant à HEC

"...

J'ai bien aimé l'idée de vouloir romancer une approche de l'économie politique, grâce à des personnages plus ou moins attachants, et dont on veut connaître l'histoire au fur et à mesure du roman.

..."

 

Mademoiselle F, Etudiante à HEC

"L'idée d'un roman présentant des thèses d'économie politique est originale et m'a donné envie de lire ce livre pour voir ce que cela pouvait donner. C'est assez bien mené dans l'ensemble, car le lecteur apprend tout en se laisant distraire par l'histoire. Il y a certains passages drôles ce qui donne un ton léger, appréciable au milieu d'explications parfois techniques. Beaucoup de sujets sont abordés, de façon assez poussée d'ailleurs, et le lecteur profite en plus de l'aspect ludique du roman..."

 

Monsieur B, DRH

"Ce pays s'acharne à tenter de réconcilier l'inconciliable. C'est ce en quoi il reste différent de ses voisins et des autres grands pays développés. La TFC apparaît comme une tentative pertinente."

 

Madame C, Maire

"... Ce livre qui fait réfléchir à toutes les thèses qui circulent sur la crise, parle des visions venant d’autres monde ou pays… Il est vraiment, pour les élus que nous sommes, rafraichissant car à travers un cours d’élèves à HEC, venus d’origines diverses, il parcourt des thèmes de notre environnement comme la dette, la santé, le chômage, le logement, la finance, les propos de campagne des présidentielles 2012…. Et bien d’autres encore avec un regard critique (dans le sens étymologique : « esprit critique c’est l’esprit de libre examen »), sur les thèses qui s’affrontent, sur les diagnostics.

Au-delà d’une solution donnée pour sortir de la crise, il permet de se questionner, hors des chemins visités couramment."

 

Monsieur J, cadre supérieur à la retraite

"...

Votre proposition : la TFC est tout à fait crédible.

Il serait bénéfique que le gouvernement actuel partage l'ensemble de vos analyses et oriente sa politique en conséquence. Or les décisions prises vont le plus souvent à l'opposé de vos recommandations.

 Nos Ministres auront-t'ils l'occasion de lire votre roman ?"